Monthly Archives

février 2018

Actualités Divers

73 millions d’arbres vont être plantés dans le cadre du plus gros projet de reboisement de tous les temps

27 février 2018
reforestation

Il se passe enfin quelque chose de bon pour notre planète !

Historiquement, la seule chose que nous semblons être capables de faire à nos forêts, c’est les décapiter : dans les 40 dernières années, on a vu 20% de la forêt Amazonienne disparaître et les scientifiques prévoient une perte d’encore 20% sur les 20 prochaines années.

deforestation

Mais le changement arrive : un projet mené par Conservation International va s’atteler à la plantation de 73 millions d’arbres dans l’ “arc de déforestation” dans les états Brésiliens Amazonas, Acre, Pará, Rondônia et dans le bassin versant du Xingu.

L’espoir est de voir la surface renversante de 70 000 hectares (30 000 terrains de foot) restaurée après y avoir enlevé les pâturages existants.

John Converse Townsend, auteur pour Fast Company, a insisté sur l’importance de cette opération : “il y a plus de planètes habitables dans notre galaxie que d’humains sur Terre. Mais la plus proche est à environ 110 trillions de kilomètres d’ici, ce qui signifie que pour l’instant et dans l’avenir prévisible, la planète Terre est le seul rocher de l’espace infini que nous connaîtrons. Ce n’est pas vraiment une bonne idée de la laisser mourir.”

Le réchauffement climatique étant une véritable menace pour la Terre, nous avons désespérément besoin de plus d’arbres : se cantonner à en finir avec la déforestation permettrait aux forêts existantes d’absorber jusqu’à 37% des émissions de dioxyde de carbone à l’année. Imaginez donc l’impact que cela pourrait avoir de renouveler les régions dégradées.

reboisement2

Et le projet est bon pour les humains aussi. Pour chaque hectare, jusqu’à 2000 locaux vont travailler pour reboiser le territoire. Il s’agira d’une excellente opportunité pour l’emploi et la paie sera répartie de manière juste entre les participants, les familles pouvant gagner jusqu’à 700$ par hectare reboisé.

Fast Company a appuyé sur l’espoir que cette initiative constitue : malgré les millions d’hectares de forêt qui disparaissent, il y a aujourd’hui plus d’arbres et de végétation qu’en 2003. Ce projet va aider le Brésil à tenir la promesse faite lors de l’accord de Paris sur le climat : reboiser 12 millions d’hectares d’ici 2030. Ce projet s’avèrera être également un élément clé dans la restauration de ce que nous avons perdu dans les dernières années.

Il y a encore de l’espoir pour notre planète !

Actualités Divers

Les pailles en plastique vont être bannies des restaurants en Angleterre

26 février 2018
royaume uni plastique

Tous les jours, environ 500 millions de pailles en plastique sont utilisées puis jetées. C’est assez pour remplir 127 bus ou faire deux fois et demi le tour de la terre ! Cependant, cette horrible image est vouée à un destin tragique. Grâce à des militants, le ministre de l’environnement anglais Michael Gove va annoncer l’interdiction à l’échelle nationale des pailles en plastique, selon le Daily Mail.

La loi empêchera les bars, les restaurants et les supermarchés de vendre des pailles en plastique en les encourageant à faire le stock de pailles en papier ou réutilisables ou de ne pas en avoir du tout. La loi ne touchera pas aux emballages à emporter en plastique ou en matériaux non biodégradables, cependant.

pailles en plastique

Le Daily Mail détaille que le Ministère de l’Environnement travaille sur un bannissement qui sera annoncé dans les mois à venir. Il sera effectif avant la fin de l’année en Angleterre mais pas en Ecosse ni au pays de Galles.

Récemment, la Reine d’Angleterre a travaillé avec l’écologiste David Attenborough sur un documentaire qui expose les dégâts que cause le plastique sur la vie aquatique. Voulant faire aussi partie du mouvement et pour donner l’exemple, sa majesté la Reine a banni l’utilisation de pailles et de bouteilles en plastique à Buckingham Palace et dans toutes les autres propriétés appartenant à la famille royale.

Les pailles en plastique sont l’un des éléments que l’on retrouve le plus sur les plages ou lorsque l’on fait des nettoyages. Chaque paille met 500 ans à se décomposer en plastiques plus petits, connus comme les microplastiques. Ces pailles, ainsi que tous les objets en plastique à usage unique causent de gros problèmes de pollution pour les villes et les mers.

plastique tortue

Quelques animaux terrestres, mais aussi et surtout les animaux marins, ingèrent le plastique soit par accident soit en pensant que les détritus plastiques sont de la nourriture. Les poissons, les baleines, les dauphins, les tortues et d’autres finissent également facilement piégés ou étouffés par du plastique. Les coraux mangent du plastique, tout comme les humains qui mangent des fruits de mer.

Pour la plupart d’entre nous, les pailles en plastique sont juste pratiques. Pour la faune, elles sont meurtrières. Les pailles que nous utilisons et jetons sans réfléchir sont mortelles. Elles s’incrustent dans le nez des tortues marines, bloquent les voies respiratoires des dauphins et étouffent les poissons. Tout ça pour que les humains puissent vider leurs verres plus rapidement.

Actualités Découvrir

Des écoliers américains visent le zéro déchet!

26 février 2018
ecole zero dechet

Les écoliers de primaire de Franklin Elementary à Missoula (dans le Montana, aux Etats-Unis) se sont demandé pourquoi ils ne pouvaient pas utiliser de papier absorbant pour nettoyer les salissures et n’ont pas tout de suite compris à quoi cela servait de faire du tri sélectif. Mais depuis que leurs institutrices ont commencé à implémenter ces règles au début de l’année scolaire, les écoliers se sont vite pris au jeu de la réduction, la réutilisation et le recyclage.

En salle de classe récemment, une institutrice a demandé à ses élèves pourquoi il était important de faire attention à ses déchets et à sa consommation. Les écoliers ont levé la main et ont répondu des choses du genre “pour que nos déchets ne finissent pas à la décharge” ou “pour réduire le émissions de méthane dues au gaspillage alimentaire”.

Certains écoliers sont même allés plus loin.

“Je veux faire une loi qui imposerait le compostage et le recyclage!”, s’exclame une fillette.

Son camarade acquiesce, “si on ne composte pas et si on ne recycle pas, il faudrait passer deux mois en prison.”

Quelques mois auparavant, ce même petit écolier résistait à l’idée du recyclage en demandant à sa maîtresse pourquoi il faisait ça.

ecole zero dechet 2

Former les générations futures au zéro déchet

“Je pense que ce qui l’a interpelé est un reportage que l’on a vu à la CNN sur Plastic Island”, dit l’institutrice, en faisant référence au programme qui parlait des tonnes de déchets plastiques qui flottent dans l’Océan Pacifique et qui s’échouent sur les îles Midway. “La petite s’est rendue compte que l’on polluait l’habitat de toutes sortes d’animaux qui n’ont même pas leur mot à dire et je pense qu’elle s’est identifiée à cela.”

Les deux institutrices se partagent une salle de classe dans le nouveau bâtiment de Franklin Elementary. Au début de l’année scolaire, elles ont mis en place un programme “zéro déchets”. Contrairement à toutes les autres salles de classe du bâtiment, il n’y a pas de distributeur de sopalin : il a été remplacé par des torchons et des serviettes.

Elles ont également amené des couverts en métal que les enfants peuvent utiliser pour le déjeuner, en éliminant les déchets générés par les fourchettes en plastique à usage unique.

Il y a également un bac à compost qui est ramassé gratuitement par une entreprise privée de la ville, tout comme une unité de recyclage de plastique et de carton. Il s’agit d’un test à petite échelle avant de généraliser cela à l’école entière puis à toutes les écoles de la région afin d’améliorer la durabilité et pour enseigner aux enfants à devenir des consommateurs intelligents.

Le changement à petite échelle pour inspirer la société toute entière

Les élèves arrivent sans aucune connaissance du recyclage, de la réduction et de la réutilisation, ce qui est une aberration en 2018 et par les temps qui courent, selon l’une des institutrices. En Oregon, de là où elle vient, le recyclage est un “style de vie”. Quand elle a déménagé dans le Montana et s’est rendue compte de l’absence d’infrastructures elle a été très déçue et a voulu motiver le changement, en commençant par sa salle de classe.

Elle fait aussi partie du comité de la ville, “Zero by 50”, qui vise à réduire les déchets envoyés par la ville à la décharge de 90% d’ici 2050. En tant qu’entité publique de grande taille, les écoles du comitat de Missoula travaillent pour ce même changement et ce qui a été fait dans cette salle de classe est un exemple de ce qui peut être fait.

“Cela a déjà un impact”, insiste l’une des institutrices. La quantité de déchets qu’ils génèrent quotidiennement équivaut à la taille d’un ballon de football et les enfants se prêtent volontiers au jeu du recyclage et du compost, jusqu’à aller mettre les mains dans la poubelle si quelque chose y a été jeté par mégarde.

“Quand vous avez un enfant qui fouille volontairement dans les poubelles, vous savez que vous avez gagné”, rigole l’une des institutrices.

ecole zero dechet 3

Parler environnement avec les enfants

Avec sa collègue, elles ont eu des conversations avec leurs élèves sur le cycle de vie d’une bouteille en plastique, sur la quantité d’eau disponible pour la consommation humaine, comment les déchets produits par l’Homme ont un impact sur l’environnement… Les écoliers ont aussi comparé la quantité de déchets qu’ils produisent avec les autres classes afin d’avoir une idée de la quantité de ressources réutilisables qui sont gaspillées tous les jours.

Les deux institutrices travaillent très dur pour faire comprendre que le recyclage n’est pas la première option. La première chose à faire, c’est de réduire les déchets à la source. Que des CM2 aient conscience de l’impact qu’ils ont sur la planète est une énorme victoire !

“La plupart de ces enfants viennent de milieux défavorisés donc on les aides à réfléchir à leur position tout en répondant à leurs besoins. Penser à son prochain et avoir une vue plus large est un gros changement”.

Tandis que la ville de Missoula travaille à l’amélioration de son infrastructure pour le recyclage et le compost, les élèves des deux institutrices servent d’exemple pour montrer que des changements mineurs de comportement et de structure peuvent avoir un impact significatif. Elles essaient par ailleurs de ne pas peindre un tableau trop sombre afin que les élèves aient de l’espoir sur le véritable impact qu’ils peuvent avoir.

“C’est très important que les enfants puissent sentir qu’ils ont une lourde responsabilité et qu’ils puissent en même temps se dire qu’ils vont fouiller dans les poubelles, simplement parce que ce qu’ils y voient ne leur semble pas correct”.

Découvrir Divers

Combien de temps mettent tes déchets à disparaître?

24 février 2018
temps degradation dechets

Salut ! On suit depuis quelques temps le compte Youtube de The Story of Stuff et on a vu passer une vidéo sur l’histoire des micro-fibres. Sans vouloir être alarmistes, presque tous nos habits sont fabriqués avec des fibres de polyester (même quand on achète des marques qui utilisent des plastiques recyclés). Quand on lave nos vêtements, les minuscules micro-fibres vont directement vers la mer. Une fois là dedans, elles finissent par faire partie de la chaîne trophique, c’est-à-dire qu’au final on mange les micro-fibres de nos vêtements.

La thématique des déchets est assez compliquée. Je suis en train de lire Sapiens: Une brève histoire de l’humanité, livre que je recommande, et j’ai essayé de réfléchir : quels déchets jetaient nos aïeux? A la campagne, les gens n’avaient pas de containers près de la maison et les déchets générés finissaient dans la terre comme fertilisant (ce qu’on appelle aujourd’hui le compost) ou comme aliment pour les animaux. Ce qui ne servait pas se réutilisait comme pot, décoration, fermeture, etc. Si tu te promènes dans la campagne profonde tu pourras voir des échantillons de tout ça qui n’est ni plus ni moins que le DIY à l’ancienne.

Depuis que sont apparus le plastique et la société de consommation, le problème des déchets s’est aggravé. On est passés de manger ce que l’on cultivait, réutiliser, nourrir les animaux et fertiliser le sol à acheter et jeter. Beaucoup de nos déchets comme le papier sont compostables mais la plupart ne le sont pas. Au contraire, ils mettent de longues années à se biodégrader dans la nature.

La biodégradation est le processus de décomposition d’une substance par l’action d’organismes vivants. Quels organismes vivants? Principalement des champignons et des bactéries mais aussi des vers-de-terre, des petits insectes, etc.

Qu’est-ce qui est biodégradable? Tout ce qui est formé de matière organique comme les restes de nourriture, de plantes, le papier, etc. La biodégradabilité des matériaux dépend de leurs structure physique et chimique. Quelques objets comme le verre ne peuvent pas être biodégradés.

Combien de temps durent nos déchets?

  • Récipients en brick : 30 ans
  • Vêtements synthétiques : 40 ans
  • Sac plastique : 150 ans
  • Bouteilles en plastique : 450 ans
  • Piles : 1000 ans
  • Cannette en alu : 200 ans
  • Fil de pêche : 600 ans
  • Couches jetables : 450 ans
  • Anneaux en plastique packs : 400 ans
  • Journal : 2 mois
  • Mégot : 2 ans
  • Chaussures de sport : 200 ans

Comme tu peux le constater, certains résidus peuvent mettre environ 1000 ans à se dégrader, ce qui ne devrait jamais arriver étant donné que les piles sont très nocives pour l’environnement. Pareil pour les autres déchets.

Notre devoir à tous en premier lieu c’est de réduire notre consommation de résidus qui mettent du temps à se biodégrader et s’il n’y a vraiment pas d’autre moyen, recycler ou réutiliser.

Tous ensemble !! ♻

Actualités

Ecosia. Comment fonctionne le moteur de recherche qui plante des arbres?

21 février 2018
ecosia

Il y a quelques temps, on se demandait si internet était écologique.On en est arrivés à la conclusion que quelques entreprises le sont plus que d’autres. Internet est “vivant” grâce à des serveurs géants qui sont disséminés partout dans le monde, et ces derniers ont besoin d’énergie pour fonctionner. Des entreprises comme Google ou Apple génèrent de l’électricité grâce à des sources renouvelables (éolienne, solaire…) mais d’autres comme Amazon ne sont pas aussi sages.

Aujourd’hui, nous allons parler d’un outil que l’on utilise tous quotidiennement sur internet : le moteur de recherche. Derrière un moteur de recherche il y a d’autre enjeux : annonces, positionnement, données privées… ce qui se transforme en argent, beaucoup d’argent. Mais il existe une alternative, un moteur de recherche différent. On pourrait l’appeler “moteur de recherche juste” ou “durable”. Ecosia.

 

Qu’est-ce qu’Ecosia?

Né en Allemagne en 2009, Ecosia atteint en 2014 le million d’arbres plantés. Comme ils le disent eux-mêmes : “Ecosia est le moteur de recherche qui plante des arbres avec les revenus générés par la publicité. Partage Ecosia avec tes amis et montre leur ce qu’ils peuvent faire avec une simple recherche sur le web”.

Ecosia affiche de la publicité, comme Google, mais eux plantent des arbres avec 80% de leurs revenus. Aujourd’hui, Ecosia compte 3 millions d’utilisateurs actifs, a planté 6 millions d’arbres et a donné presque 3 millions d’euros.

Ils plantent des arbres parce qu’il s’agit d’un remède facile qui a un grand impact sur la nature. Voici quelques uns des bénéfices qu’Ecosia énumère :

  • Climat frais : les arbres absorbent du CO2, l’un des principaux responsables du changement climatique. De cette manière, les grandes forêts peuvent même créer des nuages qui reflètent la lumière du soleil et refroidissent également notre planète.
  • Biodiversité : les forêts sont les systèmes les plus complexes de la planète, avec des millions d’espèces dont la plupart n’ont même pas été découvertes ni analysées.
  • Protection des sols : les arbres protègent le sol de l’érosion et donné des terres productives et fertiles. Si on les coupe, on finit par se retrouver avec un désert.
  • Air propre : en plus de donner de l’oxygène, dont nous avons besoin pour respirer, les arbres nettoient également l’air en absorbant des gaz contaminants et en filtrant les particules.
  • Personnes heureuses : les forêts nous donnent des aliments sains et tout un tas d’autres produits qui peuvent s’obtenir de manière durable. 1,6 mille millions de personnes dans le monde entier dépend d’elles.
  • Sécurité hydrique : les forêts régulent es circuits hydrauliques et agissent en prévention des inondations. Elles créent des microclimats humides et font augmenter le niveau des eaux sous-terraines. De plus, elles agissent comme des éponges qui évident les sécheresses.

Ecosia plante aujourd’hui des arbres partout dans le monde : au Burkina Faso, au Pérou et à Madagascar. De plus, ils sont très transparents et tu peux voir ici ses reçus de dons et les informations sur leur activité. Par exemple, en octobre 2016, Ecosia a alloué plus de 100 000€ pour la plantation d’arbres.

Comment utiliser Ecosia?

Il y a tout un tas de possibilités. Ecosia est disponible sur Chrome, Firefox, Safari, Opera, Android, iOS et Windows Mobile. Il suffit d’installer l’extension à son navigateur ou l’App et tes recherches commenceront tout de suite à planter des arbres. génial, non? Tu peux aussi suivre Ecosia sur Facebook, Twitter, Instagram, Youtube, le Blog et le site internet.

Et toi, tu connaissais Ecosia? Tu t’en sers comme moteur de recherche par défaut?

Divers

Sauvons les abeilles !

20 février 2018
sauvons les abeilles

Le week-end dernier, les abeilles nous ont envoyé des messages. Le premier, c’est en tombant sur un C’est pas Sorcier qui date maintenant d’il y a quelques années; on est tombés sur plein d’abeilles dans un parc (fait assez rare pour le souligner). Et puis dimanche, on voyait un monsieur assez âgé parler à la télévision et disant qu’il ne voyait pas autant d’abeilles et d’oiseaux qu’auparavant.

Alors aujourd’hui, on va vous parler un peu des abeilles, ces “bêtes” qui en enchantent quelques uns et refilent une frousse monumentale à d’autres. On va vous dire pourquoi c’est si important de sauver les abeilles et surtout pourquoi il n’y en a pas autant qu’avant.

Comme on vous parlait de ce monsieur en début de post, un vieil homme parlait des abeilles. Il avait un problème : tous les ans, une colonie d’abeilles se logeait chez lui. On lui avait dit qu’il avait une chambre à air très accueillante et même s’il avait appelé des experts de tout type, les abeilles continuaient de venir. Pourquoi ne pas fumiger tout ça pour régler le problème une fois pour toutes? Tout simplement parce que les abeilles sont protégées. Dans les 20 dernières années, la population d’abeilles a baissé de manière drastique et, en plus de nous priver du miel que nous aimons tant, il faut savoir que les abeilles sont responsables de 80% des pollinisations.

Comme le dit l’Union Européenne :

84% de nos cultures et plus de 80% des fleurs sauvages doivent être pollinisées par les insectes. Cependant, en Europe, le nombre d’abeilles et d’autres pollinisateurs ne cesse de diminuer. Il y a plus de 2500 espèces d’abeilles sauvages dans l’Union Européenne dont une très appréciée, l’abeille mellifère, qui a été domestiquée et qui produit un délicieux miel depuis la nuit des temps, en plus d’une variété d’autres produits. Les abeilles sont les garde-fous de la biodiversité. On calcule que ces insectes rapportent chaque année environ 22 000 millions d’euros à l’agriculture Européenne. L’apiculture génère des revenus pour plus de 600 000 travailleurs dans l’Union Européenne.

En résumé, nous dépendons des abeilles pour manger, travailler et vivre étant donné qu’il s’agit du deuxième lus grand acteur de la pollinisation après le vent. Ce serait donc très grave si elles disparaissaient puisque des milliers de plantes dépendent d’elles: des cultures comme celle du kiwi, des courges, des melons et dès pastèques dépendent presque à 100% du travail des insectes.

Cette vidéo de 3 minutes de l’EFSA (European Food Safety Authority) explique très bien le problème de la disparition des abeilles.

Pourquoi les abeilles disparaissent-elles?

Il y a plusieurs théories à ce sujet:

  1. Les virus, les attaques d’agents pathogènes et les espèces envahissantes comme l’acarien Varroa, le champignon Nosema ceranae, la guêpe asiatique (Vespa velutina), le petit coléoptère des ruches ou l’acarien Tropilaelaps.
  2. L’utilisation de pesticides toxiques et de produits vétérinaires. Pour essayer de trouver une solution à ce problème, l’UE a interdit l’utilisation de pesticides toxiques comme le Fipronil pour le traitement de semences de maïs et de tournesol depuis décembre 2013. Elle a également voté la même année l’utilisation partielle de trois autres pesticides.
  3. Changements environnementaux, comme le changement climatique, la fragmentation et la perte des habitats naturels.
  4. Les cultures OGM
  5. Une mauvaise nutrition des abeilles, qui meurent de malnutrition. De plus, comme elles sont mal nourries, les attaques d’agents externes sont plus efficaces.

On calcule que la mortalité des abeilles dans l’Union Européenne est de 20% et atteint même jusqu’à 53% dans certains pays.

 

Que peut-on faire pour préserver nos abeilles?

  1. Avoir des fleurs mellifères dans son jardin toute l’année : lilas, lavande, coquelicots et romarin sont vos amis.
  2. Ne pas utiliser de produits chimiques et pesticides. En plus de les tuer, il s’avère que ces substances finissent dans le miel que nous mangeons.
  3. Achète du miel local et bio.
  4. 0. Tu encourageras ainsi un modèle d’agriculture que favorise, entre autres, les abeilles et les pollinisateurs.

Alors, maintenant tu es au courant. Quand une abeille vrombit près de toi, rappelle-toi que nombre de nos aliments dépendent en grande partie d’elles. 🐝🐝

Actualités Découvrir

Un magasin zéro déchet sans packaging de Hong Kong envahit les supermarchés

19 février 2018
magasin zero dechet hong kong

Le magasin Live Zero à Sai Ying Pun encourage les acheteurs à changer leurs habitudes de consommation. La fondatrice Tamsin Thornburrow parle du défi que représente se débarrasser du packaging et partage son optimisme sur la conquête des hong-kongais.

Eviter le gaspillage à Hong-Kong est difficile quand on vous sert un thé au lait dans un gobelet jetable, dans un sac plastique avec une touillette en plastique, une serviette en papier et du sucre packagé. Vous aurez tout ça entre les mains avant même d’avoir eu le temps de sortir votre thermos. Jetés presque instantanément, ces objects s’ajoutent aux 2000 tonnes de plastique qui se retrouvent dans les décharges tous les jours.

Des photos très fréquentes de plages jonchées de déchets sont un rappel morbide des tendances au gaspillage impulsif. Mais il s’agit également d’un appel aux armes pour les consommateurs et les entreprises locales qui veulent mettre fin au déchet, notamment par la fin des plastiques à usage unique comme les pailles, les gobelets et les étuis pour parapluies.

Tamsin Thornburrow, propriétaire d’un magasin, fait partie de cette communauté honkongaise grandissante d’activistes et d’entrepreneurs qui prennent le problème du plastique de front et veulent changer les habitudes de consommation en rendant le mode de vie écologique accessible et désirable. Une décoratrice d’intérieur de 25 ans se lance dans le business de la vente de produits zéro déchet avec sa nouvelle entreprise : Live Zero.

Le petit supermarché, tout près de son local actuel, vend les essentiels pour le placard à provisions, inclus la farine, les épices, les grains, le sucre, l’huile, la levure, le thé et le café, tout comme des ustensiles mais aussi des produits de beauté. Les produits comme la farine ou le quinoa sont conservés dans de grands bacs desquels on se sert soi-même, afin de minimiser le packaging et pour encourager les consommateurs à emmener leurs propres containers.

vrac zero dechet

Tout juste une semaine avant l’ouverture de Live Zero, Thornburrow était occupée à ajouter les touches finales à ce nouvel espace. Les couleurs pastel, les étagères en bois upcyclé, les coloris, les objets de maison eco-friendly… tout est fait pour rendre l’achat en vrac attrayant.

Elle pense toujours au futur, elle a toujours de bonnes idées et se débrouille bien avec les médias sociaux; Tamsin est vêtue d’un chemisier bleu de seconde main et elle donne l’impression que le mode de vie éco-friendly est un jeu d’enfants. Elle fait même paraître que c’est un choix de style. Quand on voit des gens avec leur seul bocal en verre rempli des déchets produits dans toute une année, on se dit qu’on peut le faire aussi, dit Tamsin.

Pendant des années, les consommateurs ont été rencouragés à “réduire, réutiliser, recycler”. Pour les avocats du zéro déchet, le “refus” vient avant toute chose : l’option la plus verte est simplement de rejeter le moindre sac, la moindre paille ou bouteille que l’on veut vous refourguer.

cosmetiques zero dechet

Pour Tamsin, le plus gros challenge est de trouver l’équilibre entre les besoins de son marché cible et la praticité de Hong-Kong, qui importe la plus grande partie de sa nourriture. Les blogueurs zéro déchet, comme les pionnières américaines Bea Johnson et Lauren Singer, vantent les bénéfices des produits qui poussent près de chez nous, ce qui permet d’oublier le packaging et les kilomètres parcourus en avion. Cela sert également de soutien aux fournisseurs régionaux. La nourriture de Live Zero sera 80% bio mais il faut savoir que trouver des producteurs certifiés bio signifiait chercher des producteurs hors de la Chine.

Nous importons des produits du Pérou, du Sri Lanka, du Maroc et de l’Inde mais très peu de Chine parce qu’il est difficile de trouver du bio et encore plus de s’assurer que c’est vraiment du bio. Tamsin dit que la cible principale sont les mamans : quand vous avez des enfants, vous voulez le meilleur pour eux, dit Tamsin qui admet ne pas acheter de bio pour elle-même car elle trouve cela trop cher.

plastique jetable

Tamsin dit qu’elle ne veut pas rivaliser avec les marchés, qui vendent également de la nourriture sans packaging. En fait, Live Zero vise plutôt les supermarchés grâce à des produits jusqu’à 20% moins cher que des produits de marque, les économies venant du fait qu’il n’y a pas de packaging. Par exemple, 100 gr de lentilles vertes se vendent à HK$6 (0,62€) tandis que la même quantité de pruneaux secs se vend HK$15 (1,55€) et la noix cajou à HK$26 (2,68€).

Même si le magasin fournit les containers, les clients sont encouragés à emmener leurs propres tup, bocaux et autre sacs à remplir. Live Zero va également mettre en place un système de recyclage où les pots et bocaux usés et nettoyés pourront être donnés aux autres clients. Tamsin espère également commencer un système de compost dans la cour intérieure.

pesee zero dechet

Tamsin a passé les derniers mois à faire ses recherches sur les produits en s’assurant que chacun d’entre eux passe un test méticuleux sur sa provenance et sa compostabilité. Il y a certains produits qui sont passés entre les mailles du filet, confesse Tamsin. Par exemple, les bouteilles “100% sans plastique” de la marque Pura ont été envoyées emballées dans des sacs en plastique. Dans le même temps, les ustensiles colorés de l’entreprise américaine Re-Play lui ont ouvert les yeux.

Ils sont faits à partir du bouteilles de lait en plastique recyclées, mais elle s’est récemment rendue compte que pour faire du plastique recyclé, il fallait ajouter du plastique à celui qui existe déjà. Elle ne pouvait pas le croire ! Elle pointe ensuite du doigt un gobelet à café coloré de la marque Ecoffee. Ils sont fait en fibre de bambou. Elle était inquiète de les avoir au départ parce qu’ils sont très fragiles mais certaines personnes veulent du 100% sans plastique.

vrac zero dechet 2

Diplômée d’architecture, Tamsin a commencé par travailler en tant qu’architecte d’intérieur pour la marque haut de gamme hong-kongaise Xava Interiors. Elle a ensuite été embauchée par Olive Forrest, une entreprise qui cherche, trouve et revend du mobilier antique chinois; puis elle a été vendeuse pour iDecorate. A 22 ans, elle a ouvert Thorn and Burrow, qui vend des objets de décoration au style Turque et Marocain.

Pour s’essayer à la tâche, elle a d’adord ouvert un Live Zero en centre ville our vendre des couverts réutilisables, des brosses-à-dent en bambou et de l’encre eco-friendly. Elle animait également des ateliers d’upcycling de mobilier tout en bâtissant un public sur Instagram.

Encouragée par l’intérêt porté à cette nouvelle aventure et pressée de commencer à vendre de la nourriture en vrac, Tamsin a trouvé son local là où un ancien magasin bio “Just Green” était implanté. Mais, même si elle avait de l’expérience, elle n’avait jamais travaillé avec de la nourriture avant. Pour apprendre à vendre des périssables en vrac, elle a cherché conseil auprès de Catherine Conway, fondatrice de la boutique zéro déchet à Londres Unpackaged.

Cela a mis beaucoup de choses en perspective, confie Tamsin. Elle s’est rendue compte que nettoyer les containers en plastique de manière régulière est nécessaire même si très chronophage. Elle a également appris que la nourriture conservée de cette manière devait être vendue dans la semaine ou jetée.

vrac zero dechet 3

Les consommateurs habitués à choisir entre 8 céréales de petit déjeuner différentes ou 6 sortes de pâtes pourraient être surpris. Ici, il n’y aura qu’un seule choix. Ces jours-ci, quand vous achetez des produits de nettoyage vous en achetez un pour les toilettes, un autre pour la cuisine, un pour le verre, un autre pour le sol… quand en réalité un seul suffit. Ce sera pareil pour toi : une sorte de sel, une sorte de poivre, une sorte d’huile.

Tamsin doit faire des sacrifices pour la transition vers le mode de vie zéro déchet, en évitant es encas dans des sachets en plastique et en achetant moins de vêtements et de produits de beauté. Elle porte rarement du maquillage mais en a tellement. On est fait pour sentir que l’on en a besoin. Le zéro déchet c’est aussi se limiter à ce dont on a besoin. Maintenant, elle achète des vêtements d’occasion issus du commerce équitable ou alors elle se limite. Elle dépense beaucoup moins maintenant.

Le shopping zéro déchet sera plus facile à vendre aux familles d’expatriés Occidentaux qui ont déjà l’habitude de recycler plutôt qu’aux Chinois, notamment ceux qui se souviennent encore du virus Sars qui s’est propagé dans toute la ville en 2003. Pour beaucoup l’hygiène est une obsession et le mode d’achat “servez-vous” risque de refroidir ceux qui sentaient que le packaging en plastique offrait une certaine sécurité.

live zero dechet facade

Gagner du terrain face à la communauté locale peut prendre du temps mais quand on se penche sur l’avenir du plastique à Hong-Kong, on peut être optimiste. Cela va s’améliorer, affirme Tamsin. C’est déjà le cas, notamment ces dernières années durant lesquelles il y a eu beaucoup d’avancement et de nouveaux avocats pour le zéro déchet.

Même si Tamsin s’attend à quelques problèmes de début et à des difficultés pour gérer les déchets, elle est confiante que ces containers se viderons plus vite qu’elle ne pourra les remplir. Le magasin attire déjà les regards des curieux qui attendent de voir quand est-ce que le magasin va ouvrir , certains se proposant même pour travailler gratuitement. Tamsin a évidemment besoin de gagner de l’argent mais elle affirme que pour Live Zero, elle le fait parce que c’est bon pour la planète. On se sent bien quand on dit non aux sachets plastiques.

Découvrir

La tendance de la mode éthique

19 février 2018
mode ethique

Le monde de la Mode est en grande mutation. Aujourd’hui, les consommateurs veulent savoir ce qu’ils mangent et maintenant ce qu’ils portent. En effet, le bio prend de plus en plus de place et même dans les garde-robes.

 

C’est quoi la mode éthique ?

La mode éthique est un mouvement qui date de quelques années maintenant. Cependant, c’est l’accident d’une usine textile à Dacca au Bangladesh qui a couté la vie à plus de 1000 personnes, ui permet de commencer à prendre conscience de sa nécessité.

Il n’y a pas de définition fixe pour le concept. Cependant, il faut retenir deux axes importants pour parler de Mode écologique. En premier, il y a le choix des matières qui doivent être le moins polluantes possible. On oublie le coton. Pour sa culture, il faut d’importantes quantités d’eau sans parler des grandes surfaces de forêts qui sont détruites chaque année. Il existe des cultures de coton bio qui sont utilisées à la place. De même, le lin, le polyester recyclé et le chanvre sont des matières utilisées pour le respect de la nature.

couture ethique

En second, on parle du respect des principes du commerce équitable. Ce mouvement cherche également à favoriser le respect des droits des travailleurs, l’arrêt du travail des enfants, l’arrêt de la discrimination sexuelle.

 

Des chaussures qui respectent la nature

Avec les vêtements, il y a également le lancement des chaussures éthiques par différentes marques. En effet, la marque Veja en France a lancé une ligne de baskets faits en coton bio et en b-mesh, une toile produite à partir de plastique recyclé. De même, la marque Perùs a lancé des chaussures en toile avec des motifs tribaux qui proviennent de la culture traditionnelle inca. El Naturalista est une autre marque qui crée des chaussures en cuir fabriqué en suivant la méthode artisanale et naturelle. Mais la meilleure reste à nos yeux Ngo Shoes, une marque faisant de magnifiques chaussures éthiques aux motifs ethniques.

mode ethique 

 

De grandes stars comme ambassadeurs

Un grand nombre de stars du monde entier soutiennent le mouvement de Mode écologique qui compte de plus en plus d’adeptes. Par exemple, Jessica Chastain, Bono de U2 ou encore Stella McCartney sont des ambassadeurs de ce mouvement qui était critiqué depuis un certain temps à cause de la qualité du design et des matériaux qui n’attirait pas. Désormais, les stars portent des vêtements bios sur le tapis rouge.

 

De grandes enseignes dans le mouvement

Devant ce grand engouement pour ce mouvement écologique, de grandes enseignes de la Mode se sont lancées dans la création de lignes qui utilisent des matières bios.

En avril de cette année, la marque H & M va lancer sa ligne Conscious Exclusive. Sa particularité est l’utilisation du bionic, un polyester composé de bouteilles de plastique recyclées à 30 % et de polytéréphtalate d’éthylène (PET). Il y a quelque temps, la marque a vu son enseigne entachée par un scandale concernant les matières utilisées pour les vêtements qui sont produits avec des méthodes dont l’impact environnemental et social est très négatif.

Le groupe Kering qui compte les marques Gucci ou Yves Saint Laurent, par exemple, a mis en place une étude sur son impact environnemental. Un certain nombre de projets est également en rapport avec une reconversion plus écologique.

Vie saine

Sucre blanc ou sucre roux, lequel est meilleur?

18 février 2018
quel sucre choisir

Bonjour ! Aujourd’hui, on voulait vous parler d’un thème très intéressant : le sucre. Tout comme l’huile de palme, le sucre est partout autour de nous. Il y a du sucre dans la quasi-totalité des aliments industriels, qu’ils soient écologiques (et/ou bio) ou non. Depuis de nombreuses années le sucre est en lien direct avec l’énergie vitale, le petit déjeuner, le café, les enfants, etc.

Dans les pays riches, chaque personne consomme environ 30kg de sucre par an.

Depuis que l’on a ouvert le blog, et même si nous n’avons pas encore posté de recette, nous nous sommes intéressés à une cuisine plus saine et on a souvent vu que le sucre blanc était remplacé par du sucre brun aussi appelé “sucre complet” ou alors par des sirops et du miels parce qu’ils étaient “meilleurs pour la santé”. On vous lâche le scoop tout de suite : ce n’est pas forcément vrai. Aujourd’hui, on veut vous expliquer ce qu’est le sucre et pourquoi cette affirmation est fausse.

bonbons sucre

Qu’est-ce que le sucre?

Sur ce post nous allons nous concentrer sur les sucres libres, ceux qui sont ajoutés aux aliments par les fabricants, les cuisiniers ou les consommateurs mais aussi sur les sucres présents naturellement dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les concentrés.

Le sucres libres se distinguent des sucres intrinsèques qui se trouvent dans les fruits et légumes frais, de manière naturelle.

Le sucre commun ou le sucre de table est la saccharose, composée d’une molécule de fructose et d’une molécule de glucose. Ce sucre s’obtient notamment grâce à la canne à sucre et la betterave.

 

Types de sucre

Sur le marché on rencontre principalement deux types de sucre. Il existe ensuite des variantes de chacun (sucre glace, sucre bio, issu du commerce équitable et plus ou moins épais). Cependant, tous sont composés de la même chose : la saccharose.

  • Sucre blanc : c’est celui qui a le plus haut degré de pureté avec 95% de saccharose.
  • Sucre roux : on l’obtient grâce à la canne à sucre et il n’est pas raffiné. Sa couleur est due à une pellicule de mélasse qui enrose chaque cristal de sucre. Il contient 85% de saccharose.

Comment est produit le sucre?

Le processus de production du sucre blanc et du sucre roux est similaire. Après avoir récolté la canne à sucre ou la betterave, on les infuse dans de l’eau (pour résumer le procédé) et on obtient alors un mélange d’eau et de saccharose auquel on applique de la chaleur. Au moment de l’évaporation, les cristaux de sucre se forment avec leur pellicule de mélasse. Pour obtenir le sucre blanc, ce processus est répété plusieurs fois jusqu’à ce que la mélasse se sépare de la saccharose.

Le processus de production du sucre roux peut être fait comme énoncé ci-dessus mais on peut aussi mélanger du sucre blanc à de la mélasse pour lui donner sa couleur (c’est pour cette raison que le sucre roux perd sa couleur quand on le dissout parfois).

 

Production de sucre et durabilité

Voici quelques une des conséquences sur l’environnement et la société de la production de sucre. Il y en a d’autres, mais voici un court résumé.

  • Mauvaises conditions de travail. 80% du sucre mondial provient de la canne à sucre qui est encore cueillie à la main dans de mauvaises conditions pour les travailleurs.
  • Commerce global. De plus, le commerce de sucre est de moins en moins local et de puis en plus global, le sucre qui est sur nos tables parcourt donc des milliers de kiomètres (ouch pour les émissions de carbone dans l’atmosphère).
  • Monoculture. La canne à sucre comme la betterave se cultivent sur de grandes surfaces. Ces monocultures favorisent l’apparition d’épidémies, sont néfastes pour la biodiversité et peuvent emmener à la désertification des sols surexploités.

Qu’en est-il du miel et des sirops?

Miel

Le miel est un fluide visqueux produit par les abeille à partir de nectar, des parties “vivantes” de la plante (miel de fleurs), de sécrétions des parties vivantes des plantes ou d’excrétions d’insectes suceurs de plantes (miellat).

Le miel est composé de 18% d’eau, et de 70-80% de glucose et fructose (monosaccharides qui composent la saccharose). Il contient également 1% de substances minérales ou de vitamines.

Tandis que le sucre a 4 kcalories par gramme, le miel a 3 kcal/g.

miel

Sirops

Les sirops sont composés d’eau avec une teneur en sucre de 70-90%. Il s’agit de jus qui proviennent de différentes plantes, comme le sirop d’agave ou d’érable.

La différence avec le sucre réside dans la grande quantité de fructose et d’eau que les sirops contiennent.

 

Conclusion

Comme on l’a évoqué en début de post, l’OMS considère que les sucres libres sont tous ceux qui sont ajoutés aux aliments (comme le sucre blanc ou roux) tout comme les miels, les sirops, les jus de fruits et les concentrés de jus de fruits.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) conseille de réduire la consommation de sucre à 25 grammes par jour. Ceci signifie qu’il ne faut pas prendre plus de l’équivalent de 6 cuillères a café. Dans ces sucres, on compte bien évidemment ceux qui sont ajoutés aux aliments (salés comme sucrés), ceux qui se trouvent dans les jus et les smoothies (tellement à la mode) et bien sûr ceux que l’on ajoute à nos cafés et infusions.

biscuits

Nos recommandations

Nous adorons les sucreries, mais on en consomme pas tous les jours. Cela fait un an qu’on ajoute plus de sucre à nos cafés et infusions et les choses sucrées sont réservées à des moments spéciaux. Dans les sucreries on inclut les biscuits, les céréales, les jus, les smoothies ainsi que tous les aliments industriels qui contiennent du sucre.

Réduis ta consommation de sucre au quotidien. Ce n’est pas vrai qu’on en a besoin pour vivre. On peut obtenir des sucres (intrinsèques) d’autres aliments comme les fruits et les légumes frais.

Si tu aimes le sucré et que tu peux pas t’en passer, regarde du côté des produits issus du commerce équitable, locaux et bio. Par exemple, nous ne prenons jamais de sucre (sauf quand c’est un caprice) mais nous adorons le miel que nous achetons à des producteurs locaux.

Regarde les étiquette. Tu trouveras dessus toute l’information sur les quantités de sucre.

Divers

6 conseils pour être éco-friendly à la plage

17 février 2018
zero dechet plage

Ce n’est pas encore l’été mais de notre côté on en plus plus d’impatience ! On adore passer la journée en tenue légère, manger des choses fraîches et sortir sans blouson la nuit ! Tu as l’intention d’aller à la plage, note ces 6 super conseils pour être eco-frienly à la plage (ils servent aussi pour la piscine, la rivière, les lacs, les marécages… 😜)

ananas plage

  1. Si tu vas manger à la plage, emmène avec toi tes propres récipients et couverts réutilisables et utilise une bouteille en verre ou en inox pour ton eau. Evite la bouteille en plastique, même si tu as l’intention de recycler. Tu génèreras moins de résidus et tu économiseras même un peu d’argent. Nous on a craqué pour cette bouteille “cactus”. Tu vois, être ecofriendly ça veut pas forcément dire laisser tomber le style !
  2. Si tu fumes, souviens-toi que la plage n’est pas ton cendrier. Utilise les cendriers à disposition sur la plage ou alors tes propres récipients afin de jeter ensuite tes mégots à l’endroit approprié. Le mieux, c’est de ne pas fumer du tout. C’est mauvais pour la santé de toutes façons 🐝 !megot plage ecofriendly
  3. Respecte l’environnement. Renseigne-toi sur les plages auxquelles tu vas, surtout si tu ne connais pas bien. D’une part tu apprendras quelque chose de sympa et d’autre part tu auras surement quelques consignes à respecter pour préserver les espèces protégées de la zone.
  4. Ne laisse aucun déchet sur la plage. Emmène toujours avec toi de quoi regrouper les détritus que tu génères. N’importe quel détritus, aussi petit soit-il, peut être très néfaste pour la plage. Un jouet en plastique cassé, un sac plastique, etc. Souviens-toi qu’on ne veut pas une mer en plastique.plage sable orange
  5. Si tu veux être encore plus ecofriendly, équipe-toi d’une serviette en coton biologique, d’un chapeau en fibres naturelles et d’une crème solaire bio avec le moins de produits chimiques possibles qui en plus d’être bonne pour ta peau est aussi bonne pour l’environnement. N’oublie pas que la citronnelle et la lavande sont de très bons anti-moustique !
  6. Pour finir : déconnecte ! La plage est un endroit pour profiter et se relaxer. Laisse le smartphone à la maison et lis un livre, une revue ou alors mieux : profite du paysage. Est-ce que tu as l’intention d’aller à la plage cet été? Est-ce que tu as un autre conseil en tête?cailloux plage