Ecologie

Nous sommes coupables de la déforestation

23 mars 2018
deforestation

Avant-hier, c’était la journée internationale des forêts, ces grandes oubliées qui souffrent des incendies, de l’abattage d’arbres incontrôlé… en définitive elles sont victimes d’une déforestation brutale dans toutes les parties du monde.

Normalement, on réagit quand ces situations (notamment les incendies) ont lieu près de chez nous, qu’elles changent notre vie ou le paysage que l’on connaît depuis que l’on est tout petit. Mais des fois on devrait voir plus loin que le bout de notre nez et nous rendre compte que ça a lieu quotidiennement dans de nombreuses parties du globe et que nous en sommes les coupables. Oui, nous et notre consumérisme fou et sans retenue qui nous entoure.

Nous sommes les coupables de la déforestation mondiale

C’est pour ça qu’aujourd’hui on va parler d’un thème qui à premier abord paraît un peu ennuyant : la déforestation. Mais c’est important, alors on y va.

Les forêts

Une forêt, selon le Larousse, est une étendue couverte d’arbres ou l’ensemble des arbres qui couvrent cette étendue. Mais en réalité, c’est un peu plus complexe. Il existe plusieurs types de forêts :

  • Selon la latitude, on peut les classifier en forêt boréale (avec des conifères comme les sapins ou des arbres feuillus), la taïga (forêt russe composée de plusieurs types d’arbres), la forêt tempérée (ou mixte), la forêt tropicale…
  • Selon le type de feuillage, on a des forêt sempervirentes ou décidues.
  • Selon le type de végétation, il y a les forêts angiospermes (avec des arbres à feuilles larges), les forêts de conifères (avec les sapins et leurs amis) ou les forêts mixtes.
  • Selon l’altitude, elles se divisent en forêt de terres basses ou de montagne.
  • Selon le degré d’intervention humaine, nous avons les forêts primaires ou forêts vierges (il n’en reste presque plus en Europe), c’est-à-dire celles qui n’ont pas subi d’intervention de l’homme puis les forêts anthropogéniques, affectées par les humains à plus ou moins grande échelle. Dans ces dernières, on différencie les forêts anthropogéniques secondaires (celles qui se sont regénérées après l’abattage partiel ou total d’arbres) et les forêts artificielles.

Selon Greenpeace, les forêts primaires ou vierges occupent seulement un quart de la superficie de forêts mondiales. Le reste a été déforesté, dégradé ou fragmenté par l’activité dumaine.

Les forêts sont très nécessaires, non seulement pour se rincer l’oeil mais aussi parce qu’elles ont un rôle central dans le cycle de l’eau, de la conservation de sols, la fixation du carbone et dans la protection des habitats (surtout ceux des pollinisateurs).

 

La déforestation, un problème qui nous concerne tous.

Déforester, c’est défaire un terrain de ses plantes de ses arbres. La consommation exorbitante et la déforestation ont beaucoup de choses en commun, il suffit simplement de s’arrêter, réfléchir un peu et refaire le chemin de nos produits de consommation quotidienne dans le sens inverse.

Sur la période 2000-2010, on a enregistré une perte nette de forêts de 7 millions d’hectares par an (10% de la France) dans les pays tropicaux et une augmentation nette des terrains agricoles de 6 millions d’hectares par an. Source : FAO.

La déforestation n’est pas un phénomène moderne, il remonte à plusieurs siècles même si le contexte a changé. Au XIXè siècle, on l’observait majoritairement dans les climats tempérés alors qu’elle a glissé maintenant vers les climats tropicaux. Dans les dernières années, la superficie des forêts a augmenté dans les zones tempérées.

Curieusement (ironiquement), l’augmentation de la déforestation s’est produite dans des groupes de pays aux revenus bas et où les multinationales comme Monsanto 🔥 posent leurs énormes exploitations agricoles avec des politiques peu éthiques.

 

Causes de la déforestation

Quand on dit que nous sommes responsables de la déforestation, c’est que nous en sommes TOUS responsables, chacun d’entre nous. C’est facile de dire que c’est la faute des multinationales, de l’agriculture, de la cultivation d’huile de palme, du bétail, de l’extraction de minerais, de la construction d’autoroutes, de villes, de zones industrielles, etc…

Derrière tout ça, c’est nous qui sommes là à consommer les produits qui amènent ces entreprises à faire toutes ces choses peu éthiques, qui très souvent (dans la majorité des cas), en plus de détruire l’habitat d’animaux au bord de l’extinction (comme l’orang-outan de Bornéo), ont également des pratiques d’exploitation laborales qui vont dans certains cas jusqu’à l’esclavagisme.

C’est pour ça que quand on dit que notre consommation a plus de pouvoir que le vote (on vote avec nos €), c’est à ça qu’on fait référence. Si on arrête de consommer les produits qui amènent à des pratiques peu éthiques, nous pourrions changer le monde et plus on est à le faire, mieux c’est. C’est difficile, mais faisable.

Quelles sont les principales causes de la déforestation mondiale ?

  • L’agriculture et le bétail commercial à grande échelle sont à l’origine d’environ 40% de la déforestation dans les tropiques et la zone subtropicale (huile de palme, soja, viande, caoutchouc, sucre de canne, papier…). Ce pourcentage varie selon la zone, sachant qu’il est de 70% en Amérique Latine où l’agriculture à petite échelle existe également. Dans l’agriculture, on inclut le bétail également puisque le broutage est responsable d’un tiers de la déforestation originaire de l’agriculture commerciale.
  • L’agriculture vivrière est responsable de 33% de la déforestation.
  • La construction d’infrastructures de 10%
  • L’expansion urbaine de 10%
  • L’exploitation minière est responsable de 7% de la déforestation mondiale
  • Autres facteurs : exploitation du bois, gros projets hydroélectriques, exploitation du pétrole, incendies…

Une des raisons de la déforestation réside dans l’accroissement de la population. Nous sommes passés d’environ 3 milliards en 1960 à plus de 7 milliards aujourd’hui. Un autre facteur est le changement dans les habitudes alimentaires : l’indice de production alimentaire a été multiplié par 4 dans les 50 dernières années.

En Amazonie, la production de l’industrie agroalimentaire comme le bétail, la cultivation de soja et la plantation de palmiers à huile a été identifiée comme facteur principal de la déforestation avant 1990 (FAO). En Asie, la déforestation est due aux plantations de palmiers à huile en plus des plantations pour les biocarburant (une autre des causes de la déforestation mondiale… pas très « bio », tout ça).

Conséquences de la déforestation

Comme on le disait au début, les forêts sont nécessaires pour le cycle de l’eau, la fixation du carbone, la protection de sols et la préservation des habitats.

Plus de la moitié des espèces de plantes et d’animaux terrestres vivent dans les forêts tropicales.

  • Erosion du sol. La perte de masse de forêts produit une perte de sols étant donné que les arbres apportent beaucoup de matière organique (paillis) qui lui apporte de la cohésion, rend le sol plus perméable, etc. Quand il n’y a plus de matière organique, le sol est plus imperméable et compact ce qui peut finir en désertification (sol improductif), inondations, glissements de terrain, etc.
  • Perte de biodiversité. La déforestation, qu’elle soit provoquée par un incendie ou par la coupe, pour construire des infrastructures ou pour changer l’utilisation de la terre, provoque une grande perte de flore et de faune. Ceci fait mourir beaucoup d’espèces ou les oblige à se déplacer vers des zones où elles peuvent vivre.
  • Impact social. En diminuant le nombre de forêts, on empêche les personnes de bénéficier de leurs ressources, ce qui fait augmenter la pauvreté ou la migration vers les villes.
  • Changement climatique. La déforestation réduit la capacité des forêts à retenir le CO2 et augmente son émission dans l’atmosphère (par la putréfaction ou la brûlure du bois). La déforestation (principalement dans les zones tropicales) pourrait être la cause d’un tiers des émissions de CO2 humaines.
  • Altération du cycle de l’eau. La végétation extrait l’eau des sous-sols pour la libérer dans l’atmosphère. En disparaissant, elle rend le climat plus sec et l’eau disparait des sols.

Solutions

  • Changer nos habitudes de consommation. Nous devons être conscients que derrière chaque produit que nous consommons il y a une histoire. Il faut lire les étiquettes, s’informer et être plus critiques.
  • Nous devons tous protéger les forêts mais surtout les forêts vierges, celles qui n’ont pas encore été exploitées par l’être humain.
  • Les administrations devraient donner l’exemple et adopter une conduite « verte », c’est-à-dire aider financièrement les produits éthiques derrière lesquels il n’y a exploitation ni environnementale, ni laboriale. Il faudrait également plus de lois en faveur des forêts et de l’agriculture durable.
  • Les entreprises devraient être plus responsables et arrêter le comportement autruche. Elles devraient se préoccuper de la provenance de leurs matières premières et arrêter de faire des rapports de responsabilité sociétale (RSE) qui sont plus du greenwashing qu’autre chose.
  • Gestion plus responsable des forêts, coupe d’arbres contrôlée. Les certifications FSC ou PEFC sont l’exemple qu’il est possible d’avoir une politique plus durable vis à vis des forêts.

J’espère que vous avez pu lire jusqu’ici. Vous méritez une médaille si vous l’avez fait ! 🌳🌲🌴 N’hésitez pas à nous laisser un petit emoji arbre en commentaire ici ou sur Twitter si c’est le cas 😋🌴

You Might Also Like

Pas de gentils commentaires

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.