Ecologie

La vie rurale, qu’est-ce que c’est et comment faire? A la recherche du changement

5 septembre 2020
vivre a la campagne

Après avoir lu des histoires post-Covid, beaucoup de Français se sont demandé si c’était une bonne idée de revenir à une vie plus “simple”. L’idée de quitter la vie urbaine t’a peut-être aussi traversé l’esprit.

Changer de vie pour se retrouver entouré(e) de paysages plus verts et moins de béton et bitume. Je t’avoue que j’y ai longuement pensé aussi et j’ai même exploré les différentes options possibles. J’ai virtuellement visité des maisons, des mas, des terrains à construire, des villages et des bourgs dans lesquels je projette de poser définitivement mes affaires après 30 ans de déménagements. Il est vrai que je n’ai jamais eu de pays ni de ville que j’ai pu appeler “chez moi”, même si mon attachement à Aix-en-Provence restera quand même toujours.

En réalité, il y a plusieurs manières d’opérer le changement et plusieurs configurations mais, après quelques recherches, j’ai l’impression qu’il y a 4 profils en fonction de chaque famille ou personne.

De la ville à la campagne : changer de vie

  1. Les personnes qui veulent passer de la ville à un village sans changer leur rythme de vie actuel. Elles veulent uniquement changer d’air, diminuer le stress de la ville et le bruit et avoir beaucoup plus de contact avec la nature.
  2. Les personnes qui, en déménageant, recherchent du terrain sur leur nouvelle propriété. De quoi en faire un potager, un jardin alimentaire ou carrément un champs afin d’améliorer leur alimentation et leur santé par voie de conséquence.
  3. Les personnes qui veulent aller travailler dans une ferme ou un champs, par le biais d’un emploi ou en montant leur propre entreprise d’agriculture.
  4. Les personnes qui veulent faire un changement plus radical et s’installer dans une communauté ou un écovillage. S’intégrer dans un endroit plus isolé et repeuplé ou toute décision est sujette à un débat et qui est dirigé de manière collective.

Qu’est-ce que la vie rurale?

Nous avons finalement très peu de connaissances sur la vie à la campagne, ou plutôt beaucoup de clichés. Nous ne savons pas vraiment comment les gens vivaient il y a environ 60-70 ans dans les villages entourés de champs. Quand on a la chance de se rendre dans le tout petit village de ses grands-parents et de parler avec les gens, on rencontre des personnes exceptionnelles. Parfois, elles vous montrent même comment il est possible de profiter des fruits d’une récolte à chaque saison, comment s’organisait la rotation des terres et quels aliments étaient plantés. La vie tournait de manière cyclique et naturelle. On se souciait principalement de ne pas manquer d’eau, de nourriture et d’abri. Ces personnes étaient étroitement liées à leur environnement et à ce que la terre offrait à un instant T.

Echanger avec les personnes âgées et en savoir plus sur ces époques me fascine toujours. Recueillir la sagesse de nos aînés, apprendre comment ils conservaient la nourriture quand il y avait du surplus et pour pouvoir la manger hors-saison, par exemple, est toujours intéressant. On plante, on récolte et on mange ce qui est prêt quand c’est prêt. Ils connaissent également toutes les plantes sauvages qui poussent un peu partout dans les champs et les sentiers. Ils savent aussi quand est le meilleur moment pour récolter les champignons, les mûres ou les figues. On peut aussi imaginer la vie qu’ils menaient, à faucher les blés ou à laver les vêtements à la main, à cuisiner, à vivre… Peu de gens se considéraient pauvres s’ils mangeaient bien. Ils étaient riches en nourriture : ils savaient cultiver ce qui s’adaptait à la saison.

La vie rurale englobe le travail des champs, être entouré(e) d’animaux, faire à manger tous les jours pour consommer frais ou alors faire des conserves avec les surplus de la récolte. Savoir faire du pain, des sucreries, du savon pour se laver et pour faire le ménage, savoir réparer ses vêtements pour qu’ils durent plus longtemps, savoir vivre en achetant peu et parvenir à se gérer avec ce que l’on a. Autosuffisance et durabilité vont de paire dans la vie rurale.

Trouver du travail à la campagne

L’un des freins principaux au moment de déménager à la campagne est la peur de ne pas trouver de travail, ne pas gagner d’argent. Le monde rural offre le meilleur de plusieurs mondes. Le travail primaire et primordial, le soin de la terre, la récolte des fruits et des légumes. Le monde rural offre des champs abandonnés par l’exode massif vers la ville qui s’est produit au milieu du siècle passé. Ce n’est qu’en observant les zones les plus dépeuplées de l’hexagone que l’on découvre des terres vierges, a proximité des villages peu peuplés.

L’agriculture, l’horticulture, la sylviculture, l’apiculture ou l’élevage ne sont peut-être pas les emplois les plus attrayants pour certaines personnes. Cela demande beaucoup de temps et d’efforts, mais on voit néanmoins fleurir de plus en plus de projets d’entrepreneurs qui voient le jour au milieu de nulle part. Ce sont ces petites entreprises qui sauvent le métier d’agriculteur, apiculteur ou jardinier : les petits producteurs qui donnent la priorité à la qualité de leurs produits en leur donnant la valeur et l’attention qu’ils méritent et en créant une marque et un style.

Dans un village, difficile de trouver un job typique du lundi au vendredi de 9 à 6

Si ton intention est de partir sans changer de style de vie ou quelques unes de tes habitudes, ça va être compliqué. Il va falloir y aller avec l’esprit ouvert et les mains libres, avec l’intention de créer quelque chose ou de travailler là où il y aura du travail : hôtellerie, assistance, services, TPE…

Au village, il y a des routes en mauvais état et internet est un peu plus lent. Il n’y a pas toujours la fibre ni le câble mais il y a plus de sentier, le communication verbale avec ses voisins et surtout, l’air est meilleur à respirer, l’eau meilleure à boire, il y a moins de pollution et plus de nature.

Au village on peut vendre ses surplus du jardin, son huile d’olive ou son savon, on peut faire des ateliers dans l’école et faire du freelance. Ici on se débrouille pour gagner ce dont on a besoin. On cherche à vivre une vie toujours plus simple, humble et rurale où avoir moins signifie être plus.

You Might Also Like

Pas de gentils commentaires

Répondre