Dans la catégorie

Vie saine

Divers Vie saine

Concepts de base : les étapes vers une vie zéro déchet

8 avril 2018
astuces zero dechet

Zero Waste, Zéro Déchet; aujourd’hui, on va encore s’attaquer à ce concept très à la mode en ce moment. On en parle beaucoup sur le blog mais tout n’est pas toujours clair sur ce que c’est vraiment, comment on en est arrivés là et les gestes simples que l’on peut faire pour aspirer à un mode de vie zéro déchet.

 

Qu’est-ce que le zéro déchet?

Le zéro déchet est une philosophie de vie qui nous encourage à réduire nos déchets au maximum, à réutiliser tout le possible et surtout à réduire notre consommation, qui est la vraie source du problème principal : nous sommes accro à la consommation.

Le concept du zéro déchet a commencé à se faire connaître grâce à Béa Johnson, auteure du blog Zero Waste Home et du livre du même nom traduit en 18 langues. A partir de là, la boule de neige a commencé à grandir et ce qui ressemblait à un concept hippie un peu fou a gagné en cohérence. Si l’un des principaux problèmes au monde sont les déchets, pourquoi ne fait-on rien pour en générer moins? Et si on le faisait tous à la maison?

 

Comment on en est arrivés là?

En réalité, ce mode de vie du zéro déchet n’a pas été inventé par Béa Johnson. Tout cela était normal avant la révolution industrielle, quand la majorité de la population vivait de l’agriculture et de son cheptel et quand la consommation comme nous la connaissons aujourd’hui n’existait pas.

A partir de la révolution industrielle, nous avons commencé petit à petit à consommer plus et les grandes multinationales se sont rendues compte que faire des produits durables comme les collants en nylon n’était pas bon pour le business et elles ont donc inventé l’obsolescence programmée.

A partir des années 50-80 (dépendant du pays), nous avons commencé à consommer comme des fous des produits à utiliser puis à jeter : télévision, voitures, meubles, vêtements, produits de nettoyage, cosmétiques, téléphones portables, ordinateurs, décoration, etc. Des produits conçus dans une économie linaire où chacun d’eux avait une vie utile, qui naissait puis mourait. La tombe de ces produits, ce sont les décharges, les usines de recyclage ou, dans de nombreux cas, une énigme totale.

 

Que peut-on faire?

En tant qu’être vivants, nous allons toujours générer des déchets, c’est évident. Le zéro déchet absolu pour un être vivant n’existe pas. La première chose à faire, c’est changer nos habitudes de consommation : ne pas faire d’achats compulsifs et ne pas accumuler des objets inutiles.

Il y a de nombreux conseils pour mener une vie avec moins de déchets et tu en as sûrement lu et entendu par centaines. L’essentiel est de consommer de manière responsable, de lire les étiquettes, de ne croire ni la publicité, ni les modes, s’investir dans l’économie circulaire…

Nous savons tous que dépendant de notre mode de vie, du lieu de résidence, de la situation économique, etc. il peut être parfois impossible d’atteindre le zéro déchet. Mais il est important que petit à petit, nous puissions inclure de petits gestes dans notre quotidien. Voici quelques-uns d’entre eux.

dechets

Quelques étapes pour une vie zéro déchet

Les savons solides tant pour le corps que pour les cheveux.

Même s’il est difficile de trouver le savon idéal et qu’on peut alterner le shampooing écologique en flacon et le shampooing solide, c’est un pas important. Pour exfolier la peau, il faut essayer d’éviter les produits agressifs du commerce et utiliser un gant de toilette pour le corps. On peut aussi faire un exfoliant maison au sucre et au café de temps en temps.

 

Produits de beauté

On peut se limiter à une crème pour le visage, une pour le corps et de l’huile de noix de coco pour se démaquiller, par exemple. Si on a vraiment besoin de se maquiller, on peut utiliser des cosmétiques écologiques et éco-responsables ! Pour se démaquiller, des lingettes démaquillantes lavables en coton trempées dans de l’huile de noix de coco sont très efficaces.

 

Commencer à faire ses propres produits de nettoyage maison

On est enchantés avec notre nettoyant multi-usages. On nettoie même les toilettes avec du bicarbonate de soude, du vinaigre et notre nettoyant multi-usages. Pour le lave-vaisselle on utilise aussi notre poudre pour lave vaisselle maison et pour la vaisselle à la main, on utilise ce liquide vaisselle maison au savon de castille également (attention, il fonctionne mal à l’eau froide.

 

Lire la presse en ligne

On ne se souvient même pas de la dernière fois qu’on a acheté un journal ou un magazine papier ! Essaie les abonnements en ligne, c’est souvent moins cher que le papier !

 

S’échanger les vêtements ou les acheter d’occasion

Si tu as un frère ou une soeur qui a à peu près le même âge que toi et qui porte les mêmes tailles, vous pouvez vous échanger les vêtements. Si tu n’aimes pas trop cette idée, tu peux acheter des vêtements d’occasion si besoin.

 

Utiliser une coupe menstruelle

Entre les produits qui sont mis dans les tampons et les serviettes hygiéniques et la quantité qu’on jette à la poubelle en une vie, il est devenu crucial, si vous êtes prête, d’utiliser une coupe menstruelle. Elle est lavable et réutilisable et il n’y a pas de produits bizarres dedans.

 

Echanger le sopalin par des serviettes en tissu ou des torchons

Pour le nettoyage, le torchon fera aussi bien le travail et ne constitue pas un désastre environnemental puisqu’il est lavable. Pour la table, pensez aux serviettes en tissu : c’est plus chic et on génère beaucoup moins de déchets.

 

Emmener ses propres sacs pour les courses

Cela t’évitera les sacs en plastique (l’horreur) ou en papier (que tu ne réutiliseras jamais !) et si tu choisis bien tes sacs tu peux faire tes courses avec style.

 

Ne plus acheter d’eau en bouteille

Utilise une bouteille en inox ou en verre (réutilisée). Arrête les soda (ça t’évitera aussi des problèmes de santé) et si tu achètes des jus, évite au maximum les bouteilles en plastique. Pour la bière si c’est ton trip, privilégie les bouteilles en verre.

 

Diminuer l’achat de produits industriels.

C’est très difficile, on sait, mais on est jamais à l’abri d’une envie de biscuits ou de petits goûters salés. On est humains ! Mais si l’option existe chez toi, n’hésite pas à acheter tout ça en vrac… ou à les faire maison (pour les biscuits).

 

Appareils électroniques

Tu peux acheter ton ordinateur reconditionné (et comme nous avoir un chargeur réparé “maison” avec plusieurs couches de scotch isolant) et pareil pour le téléphone portable (à ne pas changer tous les ans). On a une seule télé qu’on a depuis au moins 6 ans. On a pas de console ni de lecteur DVD (ça existe encore?), nous n’avons pas de micro-ondes non plus. L’electroménager que nous avons, nous le changeons très peu (on a la même machine à laver depuis 7 ans, le même frigo depuis 5 ans…) donc nos déchets électriques sont moindres.

 

On n’achète pas d’objets de décoration

Presque tout ce qu’on a, c’est des cadeaux et le reste ce sont quelques objets qui nous tiennent vraiment à coeur. On garde ce qui a un signification pour nous ou des coquillages que la petite prend sur la plage, par exemple. Nous n’aimons pas vraiment décorer l’appartement en mode “Pinterest” avec des objets pour leur attrait esthétique mais qui ne signifient rien pour nous.

 

Le compostage

On ne s’y est pas encore mis mais ce que l’on fait c’est qu’on utilise nos restes pour faire autre chose. Les restes de carotte pour un carrot cake, par exemple, ou les restes de légumes pour faire un bouillon. Ca permet de ne pas jeter directement à la poubelle des restes qui peuvent être utiles. Pour le compostage, vérifie, si tu ne peux/veux pas le faire chez toi, que ta ville propose un poste de compostage commun.

 

Cette liste n’est pas exhaustive, et on vous avoue qu’avoir une vie 100% zéro déchet peut être très difficile. L’objectif est de faire ce que l’on peut dans le contexte dans lequel on vit : “ce n’est pas parce qu’on ne peut pas tout faire qu’il ne faut rien faire”. Vivre sans générer de déchets est impossible et si quelqu’un te dit qu’il est 100% zéro déchets, on te ment. Comme dit plus haut, si on est vivants on génère des déchets quoiqu’il arrive. La différence se situe dans le comment on gère nos déchets et notre façon de consommer. Ce sont ces deux éléments qui feront la différence, rien d’autre.

Beauté DIY Recettes Vie saine Zéro Déchet

Recette de dentifrice maison (approuvée par un dentiste)

22 mars 2018
dentifrice zero dechet

Parlons dents ! Elles sont importantes. L’hygiène dentaire, c”est important ! On est tout près du Royaume-Uni mais nous, perso, on a la ferme intention de garder toutes nos dents dans notre bouche.

Le métier qu’on a importe peu, il est toujours bon de bien présenter. Mais il est vrai qu’il y a des métiers où l’apparence, c’est tout; et là avoir des dents bien blanches devient carrément crucial. On vous parle même pas des premiers rendez-vous et même pour entretenir la flamme 🔥❤, gardons nos dents bien propres. Avoir les dents blanches, c’est toujours plus sûr 😉

ingredients dentifrice maison

On voulait partager avec vous une recette de dentifrice (en l’occurence, il s’agit d’une poudre) mais pas n’importe laquelle. On voulait l’avis de quelqu’un qui s’y connaît en dents.

En plus d’être stocké dans un tube en plastique non recyclable (et dans le pire des cas, avec l’emballage en carton en plus) le dentifrice a énormément d’additifs inutiles et mauvais pour la santé, parmi lesquels :

  • La saccharine et l’aspartame : des édulcorants (du sucre) artificiels qui sont tous deux dans une longue liste d’additifs à éviter.
  • Triclosan : utilisé dans les savons anti-bactériens et considéré comme un pesticide. Des nouvelles recherches sont en cours pour ses effets négatifs sur la thyroïde et les niveaux d’œstrogènes.
  • Glycérine : ce n’est pas nocif, mais elle enrobe nos dents et empêche les bons minéraux présents dans la salive d’atteindre nos dents
  • Laureth sulfate de sodium : plus connu sous le nom de SLES, c’est un agent moussant inutile qui dérange nos gencives et peut causer des ulcères et des aphtes.
  • Dioxyde de silicium : un composant naturel du sable

On ne va même pas parler du fluoride… mais, si on peut éviter toutes ces choses là (parmi d’autres) et avoir de dents en bonne santé, pourquoi on se priverait? Ca obéit à nos nouvelles règles de vie durable et ça ne coûte presque rien à faire. S’il n’y a pas de magasin près de chez vous vendant ces ingrédients, vous pouvez toujours vous en faire emmener et dans le pire des cas, il vous reste la commande sur internet (mais on évite Amazon quand même). Si vous connaissez des magasins français qui vendent les ingrédients, n’hésitez pas à nous le dire.

Dentifrice maison approuvé par un dentiste

dentifrice zero dechet

Ingrédients

  • A parts égales (la dose indicative serait 50g de chaque mais vous pouvez faire de plus grosses quantités) :
  • Xylitol
  • Bicarbonate de soude
  • Argile bentonite ou montmorillonite

Préparation

  1. Mélangez le tout. Avec l'argile, évitez d'utiliser du métal, qui la désactiverait.
  2. Entreposez dans un bocal en verre. Ce dentifrice n'a pas de goût, il nettoie et désinfecte. Si vous souhaitez ce petit goût de frais, vous pouvez ajouter de l'huile essentielle de menthe poivrée.
https://tortuetranquille.com/beaute/dentifrice-maison/

Vos dents seront propres, ça éliminera la mauvaise haleine et ça n’a pas de goût particulier. Le sucre du xylitol annule le sel du bicarbonate de sodium et l’argile est très neutre. Si vous voulez le coup de frais à la menthe comme le dentifrice commercial, vous pouvez vous faire un bain de bouche maison (recette à venir).

Etape 1 : mouillez la brosse à dents.

etape 2 dentifrice maison

Etape 2 : trempez-la dans la poudre

etape 3 dentifrice maison

Il en faut pas beaucoup

Etape 4 : brossez-vous les dents !

Vie saine

Sucre blanc ou sucre roux, lequel est meilleur?

18 février 2018
quel sucre choisir

Bonjour ! Aujourd’hui, on voulait vous parler d’un thème très intéressant : le sucre. Tout comme l’huile de palme, le sucre est partout autour de nous. Il y a du sucre dans la quasi-totalité des aliments industriels, qu’ils soient écologiques (et/ou bio) ou non. Depuis de nombreuses années le sucre est en lien direct avec l’énergie vitale, le petit déjeuner, le café, les enfants, etc.

Dans les pays riches, chaque personne consomme environ 30kg de sucre par an.

Depuis que l’on a ouvert le blog, et même si nous n’avons pas encore posté de recette, nous nous sommes intéressés à une cuisine plus saine et on a souvent vu que le sucre blanc était remplacé par du sucre brun aussi appelé “sucre complet” ou alors par des sirops et du miels parce qu’ils étaient “meilleurs pour la santé”. On vous lâche le scoop tout de suite : ce n’est pas forcément vrai. Aujourd’hui, on veut vous expliquer ce qu’est le sucre et pourquoi cette affirmation est fausse.

bonbons sucre

Qu’est-ce que le sucre?

Sur ce post nous allons nous concentrer sur les sucres libres, ceux qui sont ajoutés aux aliments par les fabricants, les cuisiniers ou les consommateurs mais aussi sur les sucres présents naturellement dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les concentrés.

Le sucres libres se distinguent des sucres intrinsèques qui se trouvent dans les fruits et légumes frais, de manière naturelle.

Le sucre commun ou le sucre de table est la saccharose, composée d’une molécule de fructose et d’une molécule de glucose. Ce sucre s’obtient notamment grâce à la canne à sucre et la betterave.

 

Types de sucre

Sur le marché on rencontre principalement deux types de sucre. Il existe ensuite des variantes de chacun (sucre glace, sucre bio, issu du commerce équitable et plus ou moins épais). Cependant, tous sont composés de la même chose : la saccharose.

  • Sucre blanc : c’est celui qui a le plus haut degré de pureté avec 95% de saccharose.
  • Sucre roux : on l’obtient grâce à la canne à sucre et il n’est pas raffiné. Sa couleur est due à une pellicule de mélasse qui enrose chaque cristal de sucre. Il contient 85% de saccharose.

Comment est produit le sucre?

Le processus de production du sucre blanc et du sucre roux est similaire. Après avoir récolté la canne à sucre ou la betterave, on les infuse dans de l’eau (pour résumer le procédé) et on obtient alors un mélange d’eau et de saccharose auquel on applique de la chaleur. Au moment de l’évaporation, les cristaux de sucre se forment avec leur pellicule de mélasse. Pour obtenir le sucre blanc, ce processus est répété plusieurs fois jusqu’à ce que la mélasse se sépare de la saccharose.

Le processus de production du sucre roux peut être fait comme énoncé ci-dessus mais on peut aussi mélanger du sucre blanc à de la mélasse pour lui donner sa couleur (c’est pour cette raison que le sucre roux perd sa couleur quand on le dissout parfois).

 

Production de sucre et durabilité

Voici quelques une des conséquences sur l’environnement et la société de la production de sucre. Il y en a d’autres, mais voici un court résumé.

  • Mauvaises conditions de travail. 80% du sucre mondial provient de la canne à sucre qui est encore cueillie à la main dans de mauvaises conditions pour les travailleurs.
  • Commerce global. De plus, le commerce de sucre est de moins en moins local et de puis en plus global, le sucre qui est sur nos tables parcourt donc des milliers de kiomètres (ouch pour les émissions de carbone dans l’atmosphère).
  • Monoculture. La canne à sucre comme la betterave se cultivent sur de grandes surfaces. Ces monocultures favorisent l’apparition d’épidémies, sont néfastes pour la biodiversité et peuvent emmener à la désertification des sols surexploités.

Qu’en est-il du miel et des sirops?

Miel

Le miel est un fluide visqueux produit par les abeille à partir de nectar, des parties “vivantes” de la plante (miel de fleurs), de sécrétions des parties vivantes des plantes ou d’excrétions d’insectes suceurs de plantes (miellat).

Le miel est composé de 18% d’eau, et de 70-80% de glucose et fructose (monosaccharides qui composent la saccharose). Il contient également 1% de substances minérales ou de vitamines.

Tandis que le sucre a 4 kcalories par gramme, le miel a 3 kcal/g.

miel

Sirops

Les sirops sont composés d’eau avec une teneur en sucre de 70-90%. Il s’agit de jus qui proviennent de différentes plantes, comme le sirop d’agave ou d’érable.

La différence avec le sucre réside dans la grande quantité de fructose et d’eau que les sirops contiennent.

 

Conclusion

Comme on l’a évoqué en début de post, l’OMS considère que les sucres libres sont tous ceux qui sont ajoutés aux aliments (comme le sucre blanc ou roux) tout comme les miels, les sirops, les jus de fruits et les concentrés de jus de fruits.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) conseille de réduire la consommation de sucre à 25 grammes par jour. Ceci signifie qu’il ne faut pas prendre plus de l’équivalent de 6 cuillères a café. Dans ces sucres, on compte bien évidemment ceux qui sont ajoutés aux aliments (salés comme sucrés), ceux qui se trouvent dans les jus et les smoothies (tellement à la mode) et bien sûr ceux que l’on ajoute à nos cafés et infusions.

biscuits

Nos recommandations

Nous adorons les sucreries, mais on en consomme pas tous les jours. Cela fait un an qu’on ajoute plus de sucre à nos cafés et infusions et les choses sucrées sont réservées à des moments spéciaux. Dans les sucreries on inclut les biscuits, les céréales, les jus, les smoothies ainsi que tous les aliments industriels qui contiennent du sucre.

Réduis ta consommation de sucre au quotidien. Ce n’est pas vrai qu’on en a besoin pour vivre. On peut obtenir des sucres (intrinsèques) d’autres aliments comme les fruits et les légumes frais.

Si tu aimes le sucré et que tu peux pas t’en passer, regarde du côté des produits issus du commerce équitable, locaux et bio. Par exemple, nous ne prenons jamais de sucre (sauf quand c’est un caprice) mais nous adorons le miel que nous achetons à des producteurs locaux.

Regarde les étiquette. Tu trouveras dessus toute l’information sur les quantités de sucre.