Actualités

Téléphone zéro déchet : des experts franchissent une étape importante

18 avril 2018
telephone zero dechet

Des chercheurs de l’Université de Colombie Britannique, au Canada, ont parfait un processus qui permet de séparer efficacement la fibre de verre et la résine (deux des éléments les plus jetés dans les téléphones portables), ce qui les rapproche de l’objectif d’un téléphone zéro déchet.

C’est l’un des premiers processus qui utilise des techniques simples comme la séparation par gravité pour lever proprement les résines organiques de la fibre de verre qui, elle, ne l’est pas.

Les téléphones jetés sont une source énorme et grandissante de déchets électroniques, avec près de 2 milliards de téléphones vendus tous les ans et les gens les remplaçant toutes les quelques années. Le défi est de décomposer es modèles qui ne peuvent plus être utilisés en matériaux utiles sans provoquer de dommages à l’environnement.

La plupart des entreprises de recyclage d’e-déchets se concentrent sur la récupération de métaux utiles comme l’or, l’argent, le cuivre et le palladium, qui peuvent être utilisés pour fabriquer d’autres produits. Mais les parties non métalliques comme la fibre de verre et les résines, qui constituent les principaux éléments des circuits imprimés, sont généralement jetés parce qu’ils ont moins de valeur et sont plus difficiles à traiter. Soit on les incinère, soit ils finissent à la décharge, ce qui peut provoquer la fuite de produits chimiques dangereux dans les nappes phréatiques, le sol et l’air.

La fondatrice du centre d’innovation de d’exploitation minière (une unité qui se concentre sur la récupération de métaux de valeur) est déterminée à trouver une meilleure solution de recyclage. Elle a donc développé, avec un étudiant en Doctorat, un processus qui utilise la séparation par gravité et d’autres techniques simples de la physique pour traiter la fibre de verre et les résines de manière à ce que ce soit neutre pour l’environnement.

La clé ici est a séparation par gravité qui sépare efficacement la fibre de verre de la résine en utilisant les différences de densité. La fibre de verre séparée peut ensuite être utilisée comme matière première dans le bâtiment et l’isolation. Dans le futur, si l’on peut trouver une manière d’améliorer la qualité de la fibre de verre recyclée, elle pourrait même servir à fabriquer de nouveaux circuits imprimés.

Les chercheurs veulent maintenant développer un modèle commercial à grande échelle du processus, en partenariat avec Ronin8, une société de recyclage canadienne qui sépare les différents plastiques, les fibres et les métaux dans les déchets électroniques sans utiliser de produits chimiques toxiques et sans perdre les métaux précieux.

Ronin8 a développé un processus innovant pour les e-déchets qui a pour but de s’attaquer aux défauts intrinsèques des processus d’e-déchets actuels. Leur vision est de parvenir à une solution de fin de vie zéro déchet pour les appareils électroniques et le travail avec les chercheurs leur permet de s’en approcher.

Les chercheurs disent que leur travail a pris une nouvelle tournure depuis que la Chine a banni l’importation de déchets depuis le 1er janvier 2018. Il faut une meilleure manière de gérer le recyclage de nos appareils électroniques et une méthode de récupération des matériaux de valeur qui soit éco-responsable et à moindre coût.

You Might Also Like

Pas de gentils commentaires

Répondre