Zéro Déchet

Eloge de la fuite : l’histoire zéro déchet de Sandrine

24 mars 2018

On vous laisse lire aujourd’hui le petit récit de Sandrine qui nous parle de son passage à un mode de vie le plus zéro déchet possible et partage avec nous son projet. Bonne chance à elle !

Il y a deux ans et demi, j’ai été licenciée de mon poste d’ingénieure commerciale dans l’industrie. Je me suis donc retrouvée à tourner en rond chez moi et à me demander comment faire des économies. J’ai commencé par faire le tour des placards.

 

La tournée des popotes

D’abord dans la cuisine : j’ai profité de l’ouverture d’une micro épicerie bio à côté de chez moi pour tester l’épicerie en vrac (farine, café, légumineuses etc…) mais aussi produits ménagers : lessive et produit vaisselle. Au niveau familial, c’est passé nickel !

menage zero dechet

Puis dans la salle de bain, là j’ai commencé à m’intéresser aux produits faits maison : shampoing solide, dentifrice en poudre (merci la famille zéro déchet !), sauf que j’ai remplacé l’HE par une demi cuillère à café de clou de girofle moulu 😉 .
Perso, je suis super satisfaite de mes produits, mais ma petite famille s’accroche au gel douche industriel et au dentifrice en tube « parce que tes machins ça mousse pas ! ». Bah oui, en fait quand tu achètes du gel douche (shampoing, lessive etc…) tu achètes surtout de la mousse qui pollue sans autre effet bénéfique. Mais bon, passons…

Au fond du couloir

Et puis, il y avait le placard « à bordel ». Celui dans lequel j’ai stocké pendant des années les vêtements usagés « pour faire des torchons » comme disait ma grand-mère, sauf que je n’en ai jamais rien fait.
Du coup, j’ai ressorti ma bonne vieille machine à coudre, et j’ai commencé par faire des mouchoirs, des lavettes, des sacs, des tabliers de cuisine…

Sur ma lancée, avec des tissus neufs, en coton, en lin, bio,  je me suis fait des robes, des tee-shirts, etc.

Sous mes vêtements, la plage

Il ne manquait qu’une chose à ma garde-robe : des culottes, de préférence en coton bio, confortables. OUI MAIS, comme 12 à 16% des femmes de tous âges, il m’arrive d’avoir des fuites urinaires incontrôlables, si je ris, si j’éternue, si je cours après le bus, si je fais du sport,  etc… Le truc imprévisible mais drôlement gênant si on n’a pas de protection.

serviette hygienique reutilisable

Et là, si on prend en compte une protection jetable par jour, pas vraiment biodégradable (450 ans tout de même !) et dont on ne connait même pas la composition véritable, on se dit qu’il y a peut-être quelque chose à faire !

J’ai commencé à mettre au point MA culotte idéale : Etanche, lavable, douce, sans odeur, avec des tissus naturels : coton bio, bambou, soie. Puis j’en ai parlé à mes copines, qui m’en ont demandé et redemandé avec d’autres modèles en cours de création.


Du Zéro déchet à l’Atelier

Mais l’aventure ne s’arrête pas là ! Poussée par mes meilleures copines, j’ai donc créé ma marque « L’Ange rit », www.langerit.fr , et j’ai postulé pour avoir un petit atelier artisanal Aux Grands Voisins 2, www.lesgrandsvoisins.org , laboratoire vivant du recyclage, du zéro déchet et du vivre ensemble, qui m’ont acceptée !

Comme quoi, recycler c’est aussi savoir SE recycler 

L’atelier L’Ange rit sera opérationnel mi-avril 2018.

N’hésitez pas à contribuer même symboliquement à l’achat d’une machine à coudre recouvreuse industrielle, dont j’aurai besoin pour vous faire des finitions « pro », sur kisskissbankbank.
https://www.kisskissbankbank.com/l-ange-rit-lingerie-de-confort-feminin-bio-et-lavable

A suivre… 😉

You Might Also Like

Pas de gentils commentaires

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.