Zéro Déchet

Cette femme à Bombay a transformé le zéro déchet en réalité

10 janvier 2018
femme zero dechet bombay

Meera Shah, une physiothérapeute bombayenne de 31 ans montre l’exemple. Elle en a fait sa responsabilité sociale : elle a pour mission de vivre une vie zéro déchet. Elle a même réussi à convaincre sa famille de la suivre dans son mouvement.

« Il n’y avait pas de but particulier de vivre une vie zéro déchets. L’idée était très simple, je voulais simplement générer le moins de déchets possible. Et au passage je me suis rendue compte que j’avais et que je continuais d’acheter tellement de choses dont je n’ai pas besoin et que je vais à peine utiliser »

montagne dechets zero dechets

Pour Meera, une vie zéro déchet se marie très bien avec le mode de vie minimaliste. Par exemple, cela fait 2 ans qu’elle n’a pas acheté de nouveaux vêtements et elle est déterminée à débarrasser sa maison de n’importe quel objet qui sera inutilisable. Meera croit aux 5 mantras (refuse, réduits, réutilise, recycle et pourris) pour accomplir sa mission

Même quand elle se rend dans des restaurants, Meera refuse qu’on lui donne ses restes dans des emballages en plastique recouverts d’aluminium. Les hôtels de Bombay ont l’habitude de la voir arriver avec ses propres tups pour rentrer avec la nourriture. Son époux Nirav, banquier, fait la même chose. Ses beaux parents se sont également inspirés d’elle pour vivre une vie zéro déchets.

« J’ai laissé tomber le sopalin et ai commencé à utiliser une coupe menstruelle. Je peux les utiliser pendant 10 ans. On essaie aussi de faire le moins de tri sélectif possible. Car le recyclage est un processus qui consomme beaucoup d’énergie. »

Pour présenter le concept de déchet zéro à sa communauté, Meera a convaincu les autorités de mettre en place un système de bio-compostage pour aider à séparer les déchets ménagers du reste.

poubelle mbombay zero dechet

Vivre une vie zéro déchet ne signifie pas automatiquement que l’on ne va pas profiter de la vie. Avec la bonne organisation, les gens ont prouvé qu’ils peuvent faire les deux en même temps.

Durgesh Nandhini, un décorateur d’intérieur et Sahar Mansoor, fondateur d’une startup zéro déchets ont prouvé que c’est possible.

En moyenne, une zone urbaine Indienne produit plus de 60 tonnes de déchets par an. C’est intimement lié au problème environnemental qui sévit en Inde et qui détruit les communautés. C’est pour cela que Meera et d’autres se battent pour faire démocratiser le processus.

You Might Also Like